DEV Community

Cover image for Le Web 3.0 : pas encore prêt ?!
Olyno
Olyno

Posted on

Le Web 3.0 : pas encore prêt ?!

Cet article parlera principalement de mon point de vue personnel. Aussi, cet article contient des termes compliqués qui, pour la plupart, ne seront que vaguement expliqué. Je pars du principe que vous les connaissez déjà.

🇬🇧 Psst tu veux lire cet article en anglais ? Alors clique ici

TLTR: La blockchain est une technologie sous-côté dans plusieurs domaines, mais la plupart des personnes l'utilisent en tant que source de spéculation, la rendant ridicule et inutilisable pour un développeur.

Le web 3.0 est une technologie que beaucoup considèrent comme la nouvelle génération du web. Le web 1.0 étant un simple système d'indexation, où l'on affichait la liste des sites disponibles, comme ce que fait Google. Puis vient le web 2.0 où l'on a commencé à créer le contenu sur des plateformes tel que Twitter, Facebook… et enfin le web 3.0 qui est censé nous redonner le pouvoir et nous permettre de mieux contrôler nos données, afin de ne plus laisser le contrôle aux grosses entreprises.

Des ressources limitées ?

La première chose qui m'a intéressé en tant que développeur, c'est bien entendu coder et créer des projets. Je suis donc aller me renseigner sur les différentes blockchains, que ce soit Etherum, Solana, Polygon, et j'en passe. Le premier frein que j'ai eu était le fait de devoir apprendre 1 nouveau langage, que ce soit Solidity pour la plupart des blockchains, ou Rust pour certaines d'entre-elles. Ne connaissant aucun de ces langages, ce fût quelque chose de compliqué. Puis j'ai décidé d'apprendre Solidity, et 2ᵉ problème : aucun environnement fonctionnel avec les outils moderne que l'on a. Certes les outils fonctionnent, mais utilisent de très vieilles syntaxes (et aucun support pour Typescript). Et enfin le 3ᵉ problème : trop de terme technique. Il en devenait très compliqué d'apprendre à créer ces fameux "Smart-contracts". En rajoutant à ça le fait qu'il existe un nombre énorme de blockchain, avec chacune leurs particularités, ça devenait très compliqué.

Puis vient le problème de scalabilité. Toutes les blockchains se vendent d'être scalable, mais soyons réaliste, AUCUNE n'est réellement scalable. La plupart se repose sur le nombre de mineurs, et en aucun cas sur les performances de la technologie associée.

Prenons l'exemple du réseau Polygon qui a récemment eu des problèmes de frais sur son réseau, car un nouveau jeu est apparu sur le réseau (sunflowers), créant ainsi un nombre incalculable de transactions à la seconde. Celui-ci étant codé en Golang et prétendant être scalable n'en était rien.

À l'heure actuel, toutes les technologies réseau sont ridicules, mais les réseaux se vantent de leurs chiffres : "On fait du 450 000 transactions par secondes". Il faut différencier 2 choses : la partie réseau et la partie smart contract. Les smart contracts sont des bouts de code exécuté sur le réseau de façon décentraliser. Concernant le réseau, c'est lui qui est censé gérer les différentes transactions et exécuter les smart contracts. Le meilleur des choix à mon sens aurait été de créer une architecture réseau avec une technologie scalable par défaut, tel qu'Elixir ou Erlang, et exécuter les smart contracts avec un langage rapide et efficace en mémoire tel que le Rust. J'ai déjà pu voir des projets où Elixir exécutait du code Rust, donc c'est tout à fait faisable, il suffit de s'en donner les moyens.

Un problème de donnée

Quand on parle de web 3.0, nous parlons de décentralisation. C'est quelque chose de très intéressant, permettant de résoudre de nombreux problèmes tel que le problème d'hacking, de perte de données… Cela permet aussi de ne plus donner ses données personnelles aux différents groupes tels que Google, Facebook...

Pour se connecter ou utiliser une plateforme décentralisée, dite "Dapp", il nous faut un portefeuille content, une clef secrète, qui finalement est une liste de mots. Une dapp est rarement compatible entre les différentes blockchains, signifiant que nous devons avoir 1 portefeuille par blockchain. Je vous laisse imaginer le nombre de portefeuilles que nous devrions avoir…

De plus, nous travaillons sur des blockchains appartenant à des entreprises, un comble pour des utilisateurs qui ne veulent pas que des entreprises aient nos données facilement.
Ensuite, à l'heure actuelle toutes nos données sont publiques : vous avez acheté ça, tel jour, telle date… nous avons littéralement un rapport financier public. À l'heure actuel, je ne connais que 4 blockchains avec des données privées :

  • Monero
  • Tauri, qui est censé être le successeur de Monero (toujours en cours de développement)
  • Secret (oui, il y a une blockchain nommée "Secret")
  • Oasis

Puis il faut voir plus loin : les gouvernements des différents pays voudront mettre la main dessus, et ne vont pas hésiter à limiter toute cette technologie afin d'y avoir accès.

Bref, toutes ces données ne devraient pas être visibles à mon humble avis, il suffirait de faire un algorithme qui lui est publique.

Les NFT, encore ?

À l'heure actuel, quand nous parlons web 3.0, et plus particulièrement blockchain, 3 camps se forment sur les réseaux : ceux qui sont pour, ceux qui sont contre, et ceux qui en ont simplement marre d'entendre parler de ça. Le simple terme "NFT" a fait grincer des dents énormément de personnes.

Pour expliquer ce qu'est un NFT, c'est un objet unique sous forme digitale. Ça peut être N'IMPORTE QUOI. Le problème, c'est que l'opinion publique associe les NFT à des images en ligne que l'on vend pour des centaines, des milliers, voir des millions de dollars pour certaines... ET CA MARCHE. Un nombre incalculable de personne a décidé de se lancer dans ce marché d'image spéculative, que ce soit des entreprises, ou de simples particuliers. Tout le monde veut toucher sa part, et beaucoup sont même prêt à voler des œuvres d'illustrateurs pour gagner de l'argent sur une collection qui ne leur appartient en aucun cas.

Les NFT sous forme d'image peut fonctionner pour quelques cas :

  • Le propriétaire de l'image obtient l'accès à quelque chose d'exclusive en retour
  • Nous voulons simplement soutenir l'artiste derrière

Toutes autres raisons n'ont à mon sens aucun sens. Pleins de personnes ont appris à créer des collections de NFT en l'espace d'une commande de terminal, créant ainsi des collections sans queues ni tête.

Note : j'ai décidé d'acheter un NFT pour voir ce que cela pouvais m'apporter, si ce n'est avoir une image digitale et supporter un artiste que j'aime bien. À l'heure actuel, je n'ai toujours rien gagné.

Les nouveaux tokens

À chaque plateforme son token. C'est ainsi que l'économie des Dapp fonctionnent. Pour la plupart, nous n'avons pas besoin de nouveaux tokens, mais pourtant on doit en créer un autre. Je suis désolé, mais je suis développeur, pas analyste financier.

Alors quoi ? Il ne faut pas se lancer dans la blockchain

Je pense que la technologie est très bien, mais mérite une plus grande maturité, surtout côté développement. Quand on voit que les frais du réseau Etherum sont de plus de $100$\$ ça en devient ridicule. Je pense qu'à l'heure actuel, c'est une énorme bulle spéculative, notamment pour la partie NFT. La partie développeur et expérience développeur est très mauvaise, avec peu de documentation.

Ne mettez jamais de l'argent que vous n'êtes pas prêt à perdre ! Tout argent sur la blockchain est considéré comme perdu !

Ce que j'ai appris

J'ai appris énormément de choses sur cette technologie. J'ai commencé à m'y intéressé en janvier 2021, et j'ai pu découvrir de nombreux projets hallucinant, tel que le projet Hellium, qui permet d'avoir un réseau internet décentralisé, ou Ultra qui a pour but de révolutionner le monde des jeux vidéos. J'ai aussi pu apprendre tous les termes techniques, que ce soit APY, smart-contract, yield farming, et j'en passe. Je pense avoir mis 6 mois pour comprendre la plupart des choses de la blockchain, et je comprends désormais pourquoi c'est compliqué à expliquer à des personnes non initiées.

J'ai perdu aussi beaucoup d'argent lors de mes tests. J'ai même failli tout perdre lors d'un hack sur le réseau Polygon et la plateforme Zapper. Heureusement, plus de peur que de mal, l'équipe de Zapper a pu récupérer nos gains très rapidement.

En bref, faites attention à cette technologie. On peut vous promettre de nombreuses choses, mais rien ne garantit ce qui est dit.

Cover image by Shubham Dhage

Discussion (0)